Archives mensuelles : octobre 2014

Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire (1891)

En 1891, le journaliste Jules Huret fait paraître en volume son « Enquête sur l’évolution littéraire » (lisible in extenso sur Wikisource) chez Charpentier. Elle recueille soixante-quatre entretiens des écrivains les plus en vue, précédemment publiés dans l’Echo de Paris, regroupés par « écoles » : les Psychologues, les Mages, les Symbolistes-Décadents, les Naturalistes, les Néo-réalistes, les Parnassiens, les Indépendants, les Philosophes et théoriciens. A chacun, il est demandé son opinion sur son école supposée, et surtout sur la prétendue « mort du Naturalisme » qui alimente le débat depuis quelques années… Le succès insolent de Zola en librairie, malgré les oukases de la critique conservatrice, attise les jalousies.

La classification de Hennique par Huret est très intéressante car révélatrice de l’image qu’ont de lui les milieux littéraires de l’époque ; quant à la réponse de Hennique, révélatrice aussi de son caractère et de sa personnalité, elle laisse quelque peu le lecteur sur sa faim…

M. LÉON HENNIQUE

L’un des cinq de Médan. Avait été auparavant romantique convaincu, et, depuis, est devenu quasi-symboliste. Il a toujours montré, dans ses différentsavatars, beaucoup de talent, notamment dans Pœuf, un chef-d’œuvre de simplicité délicate, son originalité principale. Il a montré au Théâtre-Libre, avec un bonheur qui n’a pas été égalé, du dramatique suggestif : La mort du duc d’Enghien. Dans son dernier roman, Un Caractère, il étudie les phénomènes les plus compliqués de l’hypnotisme.

À travers ses tergiversations esthétiques, la probité artistique de M. Hennique est toujours restée entière.

« Ribemont (Aisne). Mai 1891.
» Monsieur et cher confrère,

» Je ne peux me résoudre à dauber les maîtres, à égratigner les écrivains de ma génération, à pourfendre mes jeunes confrères, ni sur un mode quelconque, à trompeter des choses médiocres et inutiles… ni même à parler de moi élogieusement. Donc, si vous le voulez bien, je ne vous en dirai pas plus.

» Veuillez agréer, monsieur et cher confrère, l’assurance de mes bons sentiments.

» Léon Hennique. »

P. S. — Je suis d’ailleurs hostile à toute espèce d’interview.

 

La maison de Hennique à Ribemont

maisoncond1http://www.ribemont.fr/le-musee-condorcet

02 240 Ribemont, Aisne, entre Laon et Saint-Quentin.

Page de la maison natale de Condorcet, qui a appartenu à Hennique, et dans laquelle il a passé des années parmi les plus belles de sa vie, comme le raconte sa fille Nicolette, dans le livre de souvenirs qu’elle a consacré à son père, Mon père : Léon Hennique, aux Editions du Dauphin, en 1959. La maison lui venait de son épouse, qui en avait hérité à la mort de son père. Nicolette décrit une maison remplie de souvenirs, d’objets d’art, de vêtements anciens et d’ustensiles accumulés par les générations précédentes, dans lesquels la famille passait de longues heures à se déguiser, à jouer, à fouiller. Cet amas hétéroclite a très vraisemblablement inspiré Hennique pour les nombreuses descriptions de meubles anciens et précieux qui jalonnent Un Caractère, son roman spirite de 1889. Les Hennique venaient s’y reposer en privé, ne recevant que quelques intimes et la famille, par opposition à Paris où se déroulait la « vie publique » éreintante de l’écrivain, puis de l’académicien Goncourt. La maison était entourée d’un jardin enchanteur, dans lequel Hennique pouvait se livrer à l’un de ses passe-temps favoris, l’horticulture (à l’instar de la célèbre passion de Mirbeau pour les roses). Hélas, trois fois hélas, la maison a été détruite et pillée pendant les deux guerres mondiales, Nicolette n’a pas eu d’enfant, il ne reste rien de ce riche patrimoine.

Éloge de Hennique par son ami Octave Mirbeau (1889)

Article d’Octave Mirbeau, paru dans « Le Figaro », le 11 mai 1889. C’est un éloge de l’oeuvre de Léon Hennique, avec qui il a conservé une grande amitié, et une charge très vive contre Paul Bourget, qui n’est pourtant nommé nulle part, mais n’a eu aucun mal à se reconnaître.

Un grand merci à la Société Octave Mirbeau pour cet impressionnant travail de publication en ligne : Octave-Mirbeau-Le-Manuel-du-savoir-ecrire.

http://www.mirbeau.org/

http://mirbeau.asso.fr/

Extrait de la notice « Léon Hennique » du Dictionnaire Octave Mirbeau :

Hennique fait partie des quelques personnes que Mirbeau tutoie et leur ‘amitié a perduré, en dépit des vicissitudes. Les deux hommes se sont rencontrés dans les années 1870, à l’époque où Octave est encore journaliste à L’Ordre, tandis que Hennique y fait paraître un roman, Elisabeth Couronneau, prélude à sa publication chez Dentu. Ils fréquentent le milieu naturaliste au point de se retrouver ensemble au Bœuf nature ou au célèbre dîner du restaurant Trapp.  « Notre amitié qui date de cette époque lointaine n’a jamais été troublée », confiera Hennique à la fin de sa vie.

Mirbeau a suffisamment d’estime pour Hennique  pour en faire son obligé et son confident. En mars 1886, il lui demande, par exemple, d’intervenir auprès d’Albert Besnard afin que le Jury du salon accepte  deux peintures de son épouse Alice. En novembre 1894, il lui confie longuement ses problèmes de santé, son dégoût de la vie, ses pensées suicidaires : « j’ai vécu, pendant plus de six mois, avec la terreur de me voir dans une petite voiture, sous les ombrages d’une maison de santé ».

Mirbeau, de son côté, défend l’œuvre de Léon Hennique avec ferveur, n’hésitant pas à batailler avec Magnard, pendant plusieurs mois, afin de faire passer un article consacré au roman, Un caractère. Le texte paraît finalement dans Le Figaro du 11 mai 1889 (« Le manuel du savoir écrire ») et Mirbeau y oppose l’écrivain Hennique, qui n’a « d’autres préoccupations que celles  de se satisfaire, de se plaire », à Bourget, toujours prompt à « s’organiser une belle réclame ». Simple concession à l’amitié ? Nullement Mirbeau croit si fort au talent de son ami qu’il lui écrit dans lettre du 6 février 1892 les mots suivants : « […] J’ai une si grande idée de toi, une telle certitude en ton avenir ».

XIIIème colloque annuel de la SDN – Glasgow 13-15 avril 2015

Society of Dix-neuviémistes

XIIIe COLLOQUE ANNUEL

Le Conflit

University of Glasgow

13 avril – 15 avril 2015

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos propositions pour des communications traitant de divers aspects du thème du colloque en rapport avec la culture française ou francophone, l’histoire et l’histoire de l’art, la littérature et la musique de 1789 à 1914. Vous trouverez ci-dessous une liste non-exhaustive de sujets possibles :

La première guerre mondiale et ses représentations/ Révolutions/ Les querelles littéraires/ Les conflits intertextuels/ les débats artistiques/ L’influence de Napoléon/ La lutte des classes/ Les luttes professionnelles et disciplinaires/ Les duels/ Les plaies/ La guerre, la maladie et la médecine/ Le traumatisme/ La propagande (pour et contre)/ Les inscriptions culturelles de Waterloo/ Les perspectives opposées/ Les sentiments contradictoires/ Le colonialisme/ Les champs de bataille/ Le conflit conjugal/ La guerre et la paix/ La stratégie militaire/ L’héroïsme/ Le sacrifice/ La rivalité entre les sexes

Les propositions pour des interventions individuelles ou des séances entières sont à adresser par courriel, en anglais ou en français, avant le 30 novembre 2014 à M. Larry Duffy (SDN Conference Organiser) à l’adresse suivante : sdn.proposals@yahoo.co.uk

Colloque Héritages Naturalistes Paris 11-13 Juin 2015

Colloque « Héritages naturalistes »
Paris, 11 – 13 juin 2015

Comité scientifique : Colette Becker, Jean-Louis Cabanès, René-Pierre Colin, Pierre-Jean Dufief,
Brigitte Émile-Zola, Henri Mitterand, Philippe Hamon, Martine Le Blond-Zola, Jacques Noiray, Paolo Tortonese, Karl Zieger.

Comité d’organisation (équipe ArchiZ) : Céline Grenaud-Tostain, Sophie Guermès, Olivier Lumbroso, Jean-Sébastien Macke, Alain Pagès, Jean-Michel Pottier.
Coordination : Alain Pagès. – Secrétariat : Jean-Sébastien Macke.

Ce colloque dressera le bilan du programme ArchiZ (2012-2015). Il donnera l’occasion à l’équipe
ArchiZ de présenter le site Internet qui a été construit (http://www.archives-zoliennes.fr/) et de faire le point notamment sur la numérisation des manuscrits de Zola entreprise en collaboration avec la BnF. À partir de la dimension patrimoniale qui s’attache aux archives zoliennes, on posera le problème de l’écriture naturaliste, en réfléchissant au modèle qu’elle est susceptible d’offrir et à la façon dont la tradition esthétique du naturalisme s’est diffusée. Le colloque sera organisé autour de deux thèmes de réflexion : « Patrimoine, transmission, postérité » et « Cycles romanesques ».

1. « Patrimoine, transmission, postérité ». Il s’agira d’examiner l’intérêt de la notion de
« naturalisme » en tant que concept classificateur, appliqué non pas à un écrivain particulier, mais à un groupe d’écrivains. De quelle manière cette notion est-elle utile pour analyser le développement de l’esthétique réaliste dans la seconde moitié du XIXe siècle ? Quelle diversité (autant spatiale que chronologique) recouvre-t-elle ? Comment rend-elle compte des mouvements d’échanges intellectuels entre la France et des pays proches ou lointains, à l’occasion des traductions d’oeuvres dites « naturalistes » ? De quelle façon est-il possible de circonscrire ce qu’on peut appeler le « néonaturalisme » (naturalisme et roman fleuve ; naturalisme et roman colonial…) ?

2. « Cycles romanesques ». À l’intérieur de la perspective d’ensemble qui vient d’être définie, il
s’agira de réfléchir, plus particulièrement, au rôle de la notion de « cycle » dans l’écriture
romanesque du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. Cette notion renvoie à différentes pratiques dont on envisagera l’évolution de Balzac à Romain Rolland ou à Roger Martin du Gard, en passant par l’oeuvre d’Émile Zola.

Colloque Zola Mirbeau Budapest 8 au 10 juin 2017

Appel à contribution – Zola Mirbeau – Budapest 2017

Octave Mirbeau vers 1900

Appel à contributions
Colloque International AIZEN/Université de Debrecen
Zola, Mirbeau et le naturalisme
Département des Sciences de la Communication et des Médias et au Département des Études Françaises de l’Université de Debrecen, Hongrie,
du 8 au 10 juin 2017

C’est en effet en 2017 que l’on commémorera le centenaire de la mort d’Octave Mirbeau, un des écrivains les plus influents de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Le nom de Mirbeau est souvent associé au naturalisme, ne serait-ce que par la relation que ce romancier avait avec certains membres du Groupe de Médan dirigé par Zola. En dépit de leurs divergences esthétiques, Mirbeau admirait Zola en tant qu’homme de talent et de courage. C’est l’Affaire Dreyfus qui va les rapprocher, car Mirbeau a soutenu la lutte de Zola au nom de la justice et est allé jusqu’à payer de sa poche l’amende à laquelle Zola a été condamné pour son J’accuse…

L’orientation de ce colloque vise davantage à mettre l’accent sur ce qui unit ces deux auteurs que sur ce qui les sépare, car l’examen parallèle de leur oeuvre se fera selon une ligne d’approche visant à stimuler toute une réflexion sur la conception même du naturalisme. Par ailleurs, les deux artistes avaient en commun de vouloir renouveler le théâtre afin qu’il soit plus en rapport avec la vie contemporaine. Zola et Mirbeau étaient également des journalistes engagés, ainsi que des critiques d’art, ardents défenseurs des peintres modernes.

Ce colloque international s’inscrit dans les activités de commémoration du centenaire de la mort d’Octave Mirbeau et se tiendra en Hongrie, afin de prendre la mesure du rayonnement européen des deux auteurs, en particulier à travers la diffusion et la réception de leurs écrits en Europe centrale.

Il s’agit également de souligner l’influence du naturalisme sur les écrivains et les artistes dans cet espace culturel cosmopolite et de faire valoir la dimension locale de leurs oeuvres.
Nous sollicitons des propositions de communications originales et inédites, ainsi que des sujets de panels ou sessions spéciales avec trois ou quatre participants. Les études portant sur les oeuvres respectives de Zola et Mirbeau ou traitant des rapports de ce dernier au naturalisme, ainsi que les analyses comparatives ou interdisciplinaires sont particulièrement les bienvenues. Professeurs, chercheurs, chargés de cours et doctorants dont le champ d’études est Zola, Mirbeau et/ou le naturalisme européen (littérature, cinéma, arts visuels, histoire, sociologie, médias etc.) sont invités à soumettre un résumé pour une intervention qui ne devra pas dépasser vingt minutes. Les sujets ou panels/sessions proposés sont les suivants :

• Études comparatives des écrits de Zola et Mirbeau (roman, théâtre, critique d’art, correspondance) • Approche sociopoétique du naturalisme (les prises de position et stratégies des auteurs)
• La réception de l’oeuvre de Zola et de Mirbeau en Europe centrale
• L’Affaire Dreyfus (la relation des deux romanciers pendant cette période et leurs écrits consacrés à l’Affaire)
• Zola et Mirbeau dans la presse de l’époque
• Mirbeau et le Groupe de Médan
• Circulation et aspects transmédiatiques de la fiction chez Zola et Mirbeau
• Cosmopolitisme et appartenance locale chez les auteurs «naturalistes» d’Europe centrale
• Marginalité et marginalisation dans les textes naturalistes d’Europe
• Provocations et transgressions naturalistes chez Zola et Mirbeau
• Rapports de Zola et Mirbeau avec leur lectorat
• Naturalisme et cinéma européen contemporain

Contributions en anglais ou en français bienvenues. Merci de faire parvenir votre proposition de panel/session ou de communication avec une version abrégée de votre CV, ainsi qu’une fiche biographique, AVANT LE 30 JUIN 2016, aux adresses suivantes :

Prof. Anna GURAL-MIGDAL – aguralm@ualberta.ca – Department of Modern Languages and Cultural Studies Département des Sciences de la Communication et des Médias University of Alberta, Canada

Prof. Sándor KÁLAI – kalai.sandor@arts.unideb.hu – Université de Debrecen, Hongrie

 

Léon Hennique (1850-1935)

Photographie de Léon Hennique extraite du "Recueil de Portraits d'écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle" du collectionneur  Georges Sirot.

Photographie de Léon Hennique extraite du « Recueil de Portraits d’écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle » du collectionneur Georges Sirot.

Léon Hennique (1850-1935) est principalement connu pour sa participation au recueil des « Soirées de Médan » (1880), qui regroupe six nouvelles de Zola, Maupassant (« Boule-de-Suif », qui le lance en littérature), Huysmans, Paul Alexis et Henry Céard, sur la défaite de 1870 face à la Prusse. Ces jeunes écrivains s’étaient regroupés autour de Zola à partir de 1877, enthousiasmés par la formule nouvelle qu’il propose en littérature. Au sein de ce groupe, Hennique est particulièrement intéressant car il s’écarte peu à peu de Zola et du naturalisme, pour explorer entre autres les voies de l’histoire et du spiritisme. Mais loin des audaces formelles et thématiques des écrivains fin-de-siècle, il ne se départit jamais de la méthode documentaire, ni de l’architecture solide du récit préconisés par Zola. Enfin, il a laissé une trace dans l’histoire littéraire comme co-fondateur et deuxième président de l’Académie Goncourt. En tant que tel, et suivant le testament d’Edmond de Goncourt, il s’attache à découvrir, faire connaître et encourager de jeunes écrivains talentueux. C’est pourquoi je souhaite étudier et faire connaître ce témoin passionné et passionnant, discret mais essentiel de la littérature au tournant du XXe siècle.