Archives de catégorie : Essais : articles et préfaces

Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire (1891)

En 1891, le journaliste Jules Huret fait paraître en volume son « Enquête sur l’évolution littéraire » (lisible in extenso sur Wikisource) chez Charpentier. Elle recueille soixante-quatre entretiens des écrivains les plus en vue, précédemment publiés dans l’Echo de Paris, regroupés par « écoles » : les Psychologues, les Mages, les Symbolistes-Décadents, les Naturalistes, les Néo-réalistes, les Parnassiens, les Indépendants, les Philosophes et théoriciens. A chacun, il est demandé son opinion sur son école supposée, et surtout sur la prétendue « mort du Naturalisme » qui alimente le débat depuis quelques années… Le succès insolent de Zola en librairie, malgré les oukases de la critique conservatrice, attise les jalousies.

La classification de Hennique par Huret est très intéressante car révélatrice de l’image qu’ont de lui les milieux littéraires de l’époque ; quant à la réponse de Hennique, révélatrice aussi de son caractère et de sa personnalité, elle laisse quelque peu le lecteur sur sa faim…

M. LÉON HENNIQUE

L’un des cinq de Médan. Avait été auparavant romantique convaincu, et, depuis, est devenu quasi-symboliste. Il a toujours montré, dans ses différentsavatars, beaucoup de talent, notamment dans Pœuf, un chef-d’œuvre de simplicité délicate, son originalité principale. Il a montré au Théâtre-Libre, avec un bonheur qui n’a pas été égalé, du dramatique suggestif : La mort du duc d’Enghien. Dans son dernier roman, Un Caractère, il étudie les phénomènes les plus compliqués de l’hypnotisme.

À travers ses tergiversations esthétiques, la probité artistique de M. Hennique est toujours restée entière.

« Ribemont (Aisne). Mai 1891.
» Monsieur et cher confrère,

» Je ne peux me résoudre à dauber les maîtres, à égratigner les écrivains de ma génération, à pourfendre mes jeunes confrères, ni sur un mode quelconque, à trompeter des choses médiocres et inutiles… ni même à parler de moi élogieusement. Donc, si vous le voulez bien, je ne vous en dirai pas plus.

» Veuillez agréer, monsieur et cher confrère, l’assurance de mes bons sentiments.

» Léon Hennique. »

P. S. — Je suis d’ailleurs hostile à toute espèce d’interview.