Archives par étiquette : Octave Mirbeau

Éloge de Hennique par son ami Octave Mirbeau (1889)

Article d’Octave Mirbeau, paru dans « Le Figaro », le 11 mai 1889. C’est un éloge de l’oeuvre de Léon Hennique, avec qui il a conservé une grande amitié, et une charge très vive contre Paul Bourget, qui n’est pourtant nommé nulle part, mais n’a eu aucun mal à se reconnaître.

Un grand merci à la Société Octave Mirbeau pour cet impressionnant travail de publication en ligne : Octave-Mirbeau-Le-Manuel-du-savoir-ecrire.

http://www.mirbeau.org/

http://mirbeau.asso.fr/

Extrait de la notice « Léon Hennique » du Dictionnaire Octave Mirbeau :

Hennique fait partie des quelques personnes que Mirbeau tutoie et leur ‘amitié a perduré, en dépit des vicissitudes. Les deux hommes se sont rencontrés dans les années 1870, à l’époque où Octave est encore journaliste à L’Ordre, tandis que Hennique y fait paraître un roman, Elisabeth Couronneau, prélude à sa publication chez Dentu. Ils fréquentent le milieu naturaliste au point de se retrouver ensemble au Bœuf nature ou au célèbre dîner du restaurant Trapp.  « Notre amitié qui date de cette époque lointaine n’a jamais été troublée », confiera Hennique à la fin de sa vie.

Mirbeau a suffisamment d’estime pour Hennique  pour en faire son obligé et son confident. En mars 1886, il lui demande, par exemple, d’intervenir auprès d’Albert Besnard afin que le Jury du salon accepte  deux peintures de son épouse Alice. En novembre 1894, il lui confie longuement ses problèmes de santé, son dégoût de la vie, ses pensées suicidaires : « j’ai vécu, pendant plus de six mois, avec la terreur de me voir dans une petite voiture, sous les ombrages d’une maison de santé ».

Mirbeau, de son côté, défend l’œuvre de Léon Hennique avec ferveur, n’hésitant pas à batailler avec Magnard, pendant plusieurs mois, afin de faire passer un article consacré au roman, Un caractère. Le texte paraît finalement dans Le Figaro du 11 mai 1889 (« Le manuel du savoir écrire ») et Mirbeau y oppose l’écrivain Hennique, qui n’a « d’autres préoccupations que celles  de se satisfaire, de se plaire », à Bourget, toujours prompt à « s’organiser une belle réclame ». Simple concession à l’amitié ? Nullement Mirbeau croit si fort au talent de son ami qu’il lui écrit dans lettre du 6 février 1892 les mots suivants : « […] J’ai une si grande idée de toi, une telle certitude en ton avenir ».