Archives de catégorie : Annonce

Revue « Épistolaire », dossier « Zola épistolier », 2016

 

La revue de l’AIRE (Association Interdisciplinaire de Recherches sur l’Épistolaire), providentiellement intitulée Épistolaire, publie dans son n°42 un dossier sur Zola épistolier, coordonné par Alain Pagès. Il comportera un article de mon cru, consacré aux débuts de la correspondance entre Zola et Hennique. L’éloignement des deux hommes ayant déjà été abondamment commenté, j’ai choisi de me concentrer sur l’enthousiasme, les longues lettres chaleureuses (et d’un grand intérêt historique) des débuts.

Première lettre connue, datée du 21 juin 1877, envoyée depuis Ribemont à l'Estaque, où Zola écrit Une page d'amour. Page 2/4. BnF, MSS, N. a. f. 24520, f° 118.

Première lettre connue, datée du 21 juin 1877, envoyée depuis Ribemont à l’Estaque, où Zola écrit Une page d’amour. Page 2/4. BnF, MSS, N. a. f. 24520, f° 118.

Colloque Héritages Naturalistes Paris 11-13 Juin 2015

Colloque « Héritages naturalistes »
Paris, 11 – 13 juin 2015

Comité scientifique : Colette Becker, Jean-Louis Cabanès, René-Pierre Colin, Pierre-Jean Dufief,
Brigitte Émile-Zola, Henri Mitterand, Philippe Hamon, Martine Le Blond-Zola, Jacques Noiray, Paolo Tortonese, Karl Zieger.

Comité d’organisation (équipe ArchiZ) : Céline Grenaud-Tostain, Sophie Guermès, Olivier Lumbroso, Jean-Sébastien Macke, Alain Pagès, Jean-Michel Pottier.
Coordination : Alain Pagès. – Secrétariat : Jean-Sébastien Macke.

Ce colloque dressera le bilan du programme ArchiZ (2012-2015). Il donnera l’occasion à l’équipe
ArchiZ de présenter le site Internet qui a été construit (http://www.archives-zoliennes.fr/) et de faire le point notamment sur la numérisation des manuscrits de Zola entreprise en collaboration avec la BnF. À partir de la dimension patrimoniale qui s’attache aux archives zoliennes, on posera le problème de l’écriture naturaliste, en réfléchissant au modèle qu’elle est susceptible d’offrir et à la façon dont la tradition esthétique du naturalisme s’est diffusée. Le colloque sera organisé autour de deux thèmes de réflexion : « Patrimoine, transmission, postérité » et « Cycles romanesques ».

1. « Patrimoine, transmission, postérité ». Il s’agira d’examiner l’intérêt de la notion de
« naturalisme » en tant que concept classificateur, appliqué non pas à un écrivain particulier, mais à un groupe d’écrivains. De quelle manière cette notion est-elle utile pour analyser le développement de l’esthétique réaliste dans la seconde moitié du XIXe siècle ? Quelle diversité (autant spatiale que chronologique) recouvre-t-elle ? Comment rend-elle compte des mouvements d’échanges intellectuels entre la France et des pays proches ou lointains, à l’occasion des traductions d’oeuvres dites « naturalistes » ? De quelle façon est-il possible de circonscrire ce qu’on peut appeler le « néonaturalisme » (naturalisme et roman fleuve ; naturalisme et roman colonial…) ?

2. « Cycles romanesques ». À l’intérieur de la perspective d’ensemble qui vient d’être définie, il
s’agira de réfléchir, plus particulièrement, au rôle de la notion de « cycle » dans l’écriture
romanesque du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. Cette notion renvoie à différentes pratiques dont on envisagera l’évolution de Balzac à Romain Rolland ou à Roger Martin du Gard, en passant par l’oeuvre d’Émile Zola.