Archives de catégorie : Billets

La maison de Hennique à Ribemont

maisoncond1http://www.ribemont.fr/le-musee-condorcet

02 240 Ribemont, Aisne, entre Laon et Saint-Quentin.

Page de la maison natale de Condorcet, qui a appartenu à Hennique, et dans laquelle il a passé des années parmi les plus belles de sa vie, comme le raconte sa fille Nicolette, dans le livre de souvenirs qu’elle a consacré à son père, Mon père : Léon Hennique, aux Editions du Dauphin, en 1959. La maison lui venait de son épouse, qui en avait hérité à la mort de son père. Nicolette décrit une maison remplie de souvenirs, d’objets d’art, de vêtements anciens et d’ustensiles accumulés par les générations précédentes, dans lesquels la famille passait de longues heures à se déguiser, à jouer, à fouiller. Cet amas hétéroclite a très vraisemblablement inspiré Hennique pour les nombreuses descriptions de meubles anciens et précieux qui jalonnent Un Caractère, son roman spirite de 1889. Les Hennique venaient s’y reposer en privé, ne recevant que quelques intimes et la famille, par opposition à Paris où se déroulait la « vie publique » éreintante de l’écrivain, puis de l’académicien Goncourt. La maison était entourée d’un jardin enchanteur, dans lequel Hennique pouvait se livrer à l’un de ses passe-temps favoris, l’horticulture (à l’instar de la célèbre passion de Mirbeau pour les roses). Hélas, trois fois hélas, la maison a été détruite et pillée pendant les deux guerres mondiales, Nicolette n’a pas eu d’enfant, il ne reste rien de ce riche patrimoine.

Léon Hennique (1850-1935)

Photographie de Léon Hennique extraite du "Recueil de Portraits d'écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle" du collectionneur  Georges Sirot.

Photographie de Léon Hennique extraite du « Recueil de Portraits d’écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle » du collectionneur Georges Sirot.

Léon Hennique (1850-1935) est principalement connu pour sa participation au recueil des « Soirées de Médan » (1880), qui regroupe six nouvelles de Zola, Maupassant (« Boule-de-Suif », qui le lance en littérature), Huysmans, Paul Alexis et Henry Céard, sur la défaite de 1870 face à la Prusse. Ces jeunes écrivains s’étaient regroupés autour de Zola à partir de 1877, enthousiasmés par la formule nouvelle qu’il propose en littérature. Au sein de ce groupe, Hennique est particulièrement intéressant car il s’écarte peu à peu de Zola et du naturalisme, pour explorer entre autres les voies de l’histoire et du spiritisme. Mais loin des audaces formelles et thématiques des écrivains fin-de-siècle, il ne se départit jamais de la méthode documentaire, ni de l’architecture solide du récit préconisés par Zola. Enfin, il a laissé une trace dans l’histoire littéraire comme co-fondateur et deuxième président de l’Académie Goncourt. En tant que tel, et suivant le testament d’Edmond de Goncourt, il s’attache à découvrir, faire connaître et encourager de jeunes écrivains talentueux. C’est pourquoi je souhaite étudier et faire connaître ce témoin passionné et passionnant, discret mais essentiel de la littérature au tournant du XXe siècle.